Ludivine François : « Récupération automatique »

Par sa vision et son expérience, Ludivine entraîne chaque lecteur dans un espace ouvert où l’on peut y lire et écrire son identité. Elle amène, celui qui veut bien la suivre, du particulier à l’universel, ce qui signe la littérature, et qui la désigne comme auteur véritable et authentique.
Elle écrit sur la démultiplication de l’identité, la folie, la relation mystique à soi et au divin.
Elle s’est attachée à rendre accessible la littérature aux lecteurs empêchés : les patients en hôpital psychiatrique, les adolescents en difficulté scolaire, les adultes peu familiers avec les livres.

Préface de Jean-Claude Menny

Le conteur est, à l’inverse du prestidigitateur qui va dissimuler le visible, un magicien qui rend visible ce qui est occulté pour peu que l’on ait des yeux pour voir et des oreilles pour entendre.
Le conteur doit dans cet exercice visiter l’intérieur de la matière brute confuse et informe pour en ciseler la petite forme intérieure subtile et cachée, puis l’affiner, l’épurer, la polir, pour qu’elle touche à nos émotions les plus simples et premières. Il est découvreur, sculpteur, visionneur, soigneur…et du plus profond de notre humanité ancestrale…il est, et a été, magicien et chamane.
Ludivine François, possède ces vertus. Elles sont celles qui accompagnent l’envie et le besoin d’aimer l’autre dans l’humilité et la sensibilité. Et bien qu’elle ne reconnaîtra pas cela, elle appartient malgré elle à cette tribu d’hommes et de femmes, à cette lignée créative et curatrice qui vient du fond des âges.

Le mot de l’éditeur

Ce livre, c’est le Cri du silence, l’écrit du sujet qui parle de l’impossible à se faire entendre.
C’est La récupération automatique des mots dits, maudits du langage, pour s’incarner dans l’écriture du corps par les lettres. Des lettres adressées au lecteur, attendu, espéré, en forme de questions qui viendraient combler la faille, le trou dans la consistance du langage.
Un livre qui par l’écrit, l’impression, la publication, s’ouvrirait à la rencontre d’un lecteur, d’une lectrice, dans une représentation symbolique où l’auteure pourrait s’inscrire et signer de sa propre identité.
Un livre qui procède de l’écriture automatique qui permet le passage d’un personnage à un autre sans changer de sujet : Tous les personnages procèdent du Je du narrateur qui leur donne vie dans le livre, qu’ils soient réels, symboliques ou imaginaires. Il ne s’agit pas d’une autofiction qui masque leur être derrière des personnages imaginaires. Il procède du réel de
l’auteure, Ludivine François qui se donne cash !
Un livre miroir où auteure et lecteurs se reconnaissent, écrivant et lisant tous les impossibles du désir : de l’identité de l’être, de l’unité du corps, de la vérité du savoir, de l’égalité des Hommes, de l’amour des uns et des autres.
Philippe Collinet.

ISBN : 979-10-96852-14-7
Broché,215/135, 138 pages, imprimé en UE
Dépôt légal BNF août 2020
Éditions Borromées
Distribué par l’Harmattan
Prix :16,50 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s