Jean-Jacques Tyszler : « Accélération de la surveillance du et par le corps »

Une augmentation des névroses de contraintes ou « névroses d’un-jonction »

La crise sanitaire actuelle nous donne l’occasion de revenir sur notre rapport au corps qui est devenu une obsession nationale et internationale.

Dans notre ouvrage, « Actualité du fantasme dans la psychanalyse [2]», publié avant la crise sanitaire, nous insistions déjà sur le déplacement de la névrose obsessionnelle classique vers des névroses de contraintes.

A ce propos, le philosophe allemand Byung-Chul Han en donne une bonne illustration : « Le sujet performant, épuisé, dépressif, est en même temps usé par lui -même, incapable de sortir de lui-même, d’être dehors, de se fier à autrui, au monde ».

La pandémie, sorte de tunnel sans fin, renforce les injonctions, « un-jonctions », concernant les objectifs et les évaluations d’un sujet réduit à des algorithmes, des séquences chiffrées, face à ses écrans, ses objets connectés, ou dans ses running aux constantes alimentaires et biologiques contrôlées.

Lire la suite

Décès de Moustapha Safouan

Esprit libre, s’il en est, le psychanalyste Moustapha Safouan est décédé ce 8 novembre 2020 à l’âge de 99 ans. J’ai eu l’honneur de le connaître dès 1996, à l’occasion d’une intervention au colloque de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse à Bruxelles. Avec Jean-Louis Chassaing, Moustapha Safouan parraina ma canditature à la FEP.

Liens :

L’hommage de M. Elie Doumit, fondateur de l’Ecole Psychanalytique du Nord

La nécrologie d’Elisabeth Roudinesco dans Le Monde

Biographie

Ludivine François : « Récupération automatique »

Par sa vision et son expérience, Ludivine entraîne chaque lecteur dans un espace ouvert où l’on peut y lire et écrire son identité. Elle amène, celui qui veut bien la suivre, du particulier à l’universel, ce qui signe la littérature, et qui la désigne comme auteur véritable et authentique.
Elle écrit sur la démultiplication de l’identité, la folie, la relation mystique à soi et au divin.
Elle s’est attachée à rendre accessible la littérature aux lecteurs empêchés : les patients en hôpital psychiatrique, les adolescents en difficulté scolaire, les adultes peu familiers avec les livres.

Lire la suite

Benoit Peeters : « Sandor Ferenczi, l’enfant terrible de la psychanalyse »

Note de lecture de Jean-Pierre Lebrun

La biographie de Sandor Ferenczi par Benoît Peeters est particulièrement bienvenue en ces temps difficiles car, c’est loin d’être seulement un travail bien documenté sur le psychanalyste hongrois, très longtemps proche et même intime de Freud, auteur de Thalassa et d’un célèbre Journal clinique posthume. C’est plutôt à un parcours des “chemins de désir” – les architectes appellent ainsi les sentiers qui se forment progressivement sous les pas des marcheurs, des animaux ou des cyclistes, à côté des infrastructures prévues pour eux ; la plupart du temps, on les voit à peine – de celui qui a été appelé “l’enfant terrible de la psychanalyse” que nous convie l’auteur grâce à son talent de conteur.

Enfant terrible, autrement dit, certes, toujours enfant – “Je n’ai donc jamais été adulte”, écrit-il dans les dernières pages de son Journal –  mais enfant terrible parce que rien de la pratique de la cure, de ses avatars, de ses impasses ou de  ses avancées, n’échappait à sa vigilance et à ses préoccupations. L’actualité de son travail à cet égard est évidente et c’est bien ce que l’ouvrage de Benoît Peeters nous fait arpenter, ce qu’il résume d’ailleurs très bien en mettant en exergue de son livre la formule de Lou Andréas Salomé : “Le temps de Ferenczi doit venir”. Disons-le d’emblée : celui que Freud appelait son “paladin” et “grand vizir secret” est manifestement aujourd’hui des nôtres et rien que cela méritait bien qu’on reprenne son parcours. 

Lire la suite

Didier Fassin : « On a remplacé la prévention défaillante par une forme de politique sanitaire avec un confinement rigoureusement contrôlé »

Source : Le Monde, 26/05/20

La plupart des gouvernements du monde ont choisi de mettre en œuvre des mesures draconiennes sans précédent pour éviter la progression de l’infection. Quel sens donner à ce choix ?

Il faut noter que les mesures ont été d’autant plus draconiennes que les pouvoirs publics n’étaient pas préparés et que leurs réponses ont été tardives. On a alors fait rattraper aux citoyens le temps perdu par leurs gouvernants, et on a remplacé la prévention défaillante par une forme de police sanitaire avec un confinement rigoureusement contrôlé. C’est dans ces pays que l’interruption de l’activité économique et sociale a, en général, été la plus brutale et la plus radicale. Mais même là où l’épidémie a été mieux gérée, il y a eu une cessation de cette activité.

Le phénomène est sans précédent. Il se paie d’un double sacrifice. Il y a d’abord une suspension partielle, et variable selon les contextes, de l’Etat de droit, qui va bien plus loin que les restrictions à la circulation, puisqu’elle touche l’équilibre entre les pouvoirs, la possibilité de manifester ou même de protester, le simple droit à mourir dans la dignité. Il y a ensuite une crise économique et sociale, qui se traduit par une récession, une montée du chômage, une austérité à venir et un très probable accroissement des inégalités qui vont laisser des traces d’autant plus profondes que les économies étaient fragiles et que l’Etat social était réduit. Or ce double sacrifice n’a qu’une raison d’être : sauver des vies, ou ce qui revient au même ici, éviter des morts. C’est une politique humanitaire. Conduite à l’échelle de la planète avec un coût aussi élevé, elle n’a pas d’équivalent dans l’histoire. Elle révèle la valeur supérieure accordée par nos sociétés à la vie, entendue comme vie simplement physique, ou même biologique. Que nous soyons prêts à tant de renoncements, imposés du reste de façon très inégale, devrait questionner.

Lire la suite

L’association libre

Voici ce que Freud disait à ses patients :

« Votre récit doit différer, sur un point, d’une conversation ordinaire. Tandis que vous cherchez généralement, comme il se doit à ne pas perdre le fil de votre récit et à éliminer toutes les pensées, toutes les idées secondaires qui gêneraient votre exposé et qui vous feraient remonter au déluge, en analyse vous procédez autrement. Vous allez observer que, pendant votre récit, diverses idées vont surgir, des idées que vous voudriez bien rejeter parce qu’elles sont passées par le crible de votre critique. Vous serez alors tenté de vous dire : « ceci ou cela n’a rien à voir ici » ou bien : « telle chose n’a aucune importance » ou encore : « c’est insensé et il n’y a pas lieu d’en parler ». Ne cédez pas à cette critique et parlez malgré tout, même quand vous répugnez à le faire ou justement à cause de cela. Vous verrez et comprendrez plus tard pourquoi je vous impose cette règle, la seule d’ailleurs que vous deviez suivre. Donc, dites tout ce qui vous passe par l’esprit. Comportez-vous à la manière d’un voyageur qui assis près de la fenêtre de son compartiment, décrirait le paysage tel qu’il se déroule à une personne placée derrière lui. Enfin, n’oubliez jamais votre promesse d’être tout à fait franc, n’omettez rien de ce qui pour une raison quelconque, vous paraît désagréable à dire (…)[1]. »

Lire la suite