Le transfert est l’amour qui s’adresse au savoir

Le transfert est l’amour qui s’adresse au savoir[1]

 

Lors de son séminaire sur les 4 concepts (1964), Lacan énonce que l’analyste doit attendre le transfert pour commencer à donner l’interprétation. Pour qu’une analyse ait lieu, il faut bien que l’impétrant ait l’idée que ce qui le fait souffrir peut trouver sens au niveau de l’inconscient. Et que la pratique de l’analyste puisse révéler le désir inconscient en œuvre dans le symptôme. La théorie lacanienne du transfert repose sur ce Sujet supposé Savoir qui s’installe dans les premiers temps d’une analyse.

Nous l’avons vu, Freud aborde le transfert essentiellement dans sa dimension imaginaire, marquée par l’amour et la résistance, et ce malgré l’enseignement qu’il aurait pu tirer de la cure de l’homme aux rats. Lacan va s’attacher au cours de son enseignement à aborder la dimension symbolique du transfert lors de l’analyse, et pour cela, il fera du désir de l’analyste le pivot de la question du transfert analytique.

Ce sera l’objet de son séminaire sur Le Transfert, tenu en 1960-1961. Les 6 premières séances sont consacrées au Banquet de Platon, texte qui se propose d’élucider ce qu’il en est de l’amour. Différents éminents philosophes se sont déjà exprimés quand arrive le tour de Socrate, dont Platon fut l’élève.

Socrate est une énigme, sans doute psychotique, il se baladait pieds nus dans Athènes, s’adressant au tout venant. Il n’a pas fait école, au sens des écoles philosophiques florissantes à cette époque en Grèce, il n’a jamais rien écrit mais il a produit une rupture épistémologique qui marque l’histoire de la philosophie. Il a toujours privilégié la parole, mémoire vivante, à l’écrit, mémoire morte, et il n’est connu que grâce à ses disciples : Lacan dira que Socrate est l’homme qui a suscité le plus long transfert de tous les temps.

Lire la suite

Marcel Czermak : ‘Traverser la folie’

« On peut concevoir l’être humain sous la dimension de la faille, du bazar, du dégât. Le désastre est là comme une composante inexorable de toute parole, de tout amour, de toute action publique », affirme Marcel Czermak. Le présent livre interroge ce que parler fait de nous – êtres soumis au langage et aux époques dans lesquelles nous vivons. C’est encore plus aux psychiatres et aux psychanalystes de le savoir et de l’entendre, précisément depuis ce risque de la parole, sans doute parce que l’expérience clinique est un subtile mélange de pratique et de théorie qui permet à la science d’avancer.

La philosophe et psychanalyste Hélène L’Heuillet dialogue avec Marcel Czermak, figure de la psychiatrie et de la psychanalyse françaises. Né pendant la Seconde Guerre mondiale et interlocuteur de Lacan, fondateur de l’École psychanalytique de Sainte-Anne, Marcel Czermak revient sur les fondamentaux de l’expérience clinique et du travail avec la psychose, indissociable du monde politique dans lequel il prend à chaque fois place.

Rapport sur la folie à l’âge capitaliste : Freud et Marx

Aliénation mentale, aliénation sociale ? Dans le traitement de la folie, il s’agit de marcher sur ses deux jambes : Marx et Freud. Or le symptôme à l’âge du capitalisme est rabattu sur ses manifestations comportementales et traité par redressement, médicamenteux et orthopédique. La psychanalyse ouvre une chance à la force révolutionnaire du symptôme qui se présente comme objection du sujet à la double aliénation, sociale et mentale. L’ouvrage reprend les communications du colloque « Allo Marx et Freud ? Le virus nous parle… » qui s’est tenu à Montpellier en octobre 2021. Cette rencontre s’articulait à la publication aux Éditions le Retrait de l’ouvrage inédit de Karl Marx, De la folie.

Ahmed Bouhlal :’Le suicide ou le divan intrigué

Un recueil de cas cliniques tous absolument réels, malgré leur étonnante bizarrerie. Ils nous sont exposés par un psychiatre, narrateur passablement loufoque et sans prétention aucune, toujours à la recherche d’un café. Ainsi, le livre se construit sur deux plans : les cas cliniques et le micro-monde des urgences où le narrateur pérégrine, épaulé d’une équipe un peu spéciale qui se déploie en corolle autour d’un grand maître, tout aussi présent qu’absent : Mabrouk. Seulement, voilà, Mabrouk a une particularité : non seulement on ne sait rien de lui, mais sa voix s’élève haut et fort d’un corps constitué de planches et de clous. Et oui ! Mabrouk est un divan : un divan qui parle ! Un psychiatre, ô combien névrosé, et un divan, abreuvé par définition de psychanalyse, sont les deux pôles entre lesquels se dessine une grande fresque…

Psychologie clinique : ‘Enjeux de l’exil’

Présentation Ilaria Pirone, Jean-Jacques Tyszler, Olivier Douville

« Peut être que dans l’ombre rôdent déjà des géants, dont nous ignorons tout encore, prêts à s’asseoir sur les épaules des nains que nous sommes » Umberto Eco, Sur les épaules des géants

La mondialisation du marché et les violences des conflits et des guerres civiles sont deux facteurs propices à la circulation des personnes hors de leur pays d’origine, à la recherche pour beaucoup d’entre eux d’un lieu d’asile où la survie soit possible. Le terme de « réfugié » – dans le sens que donne à ce mot la Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, désigne la personne qui a dû quitter le pays où elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle, redoutant avec raison d’être persécutée du fait de son appartenance communautaire, de sa religion, de son appartenance à telle ou telle minorité, ou, en raison de cette crainte, ne pouvant se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner. Les personnes essayant d’obtenir le statut de réfugié sont appelées demandeurs d’asile. Les demandes d’asile faites dans les pays industrialisés se fondent le plus souvent sur des critères et des motifs politiques et religieux.

Lire la suite

Dora, la méprise du transfert

Ida Bauer

Nous sommes en 1899, Freud a 43 ans, et depuis Anna O., il s’intéressait plus particulièrement à la maladie hystérique, qui lui fournissait une clientèle aisée provenant de la bourgeoisie juive viennoise particulièrement pudibonde. Les Études sur l’hystérie ont été publiées en 1895 avec Josef Breuer.

Peu de temps après le décès de son père en 1896, Freud entreprend son « auto-analyse », principalement à partir de ses propres rêves. Brouillé avec Breuer, Freud a un nouveau « mentor », avec qui il entretient une correspondance intense. Wilhem Fliess est un oto-rhino allemand installé à Berlin. Il s’intéresse particulièrement aux liens entre le nez et les organes génitaux, et suggéra a Freud le polymorphisme de la sexualité infantile, ce qui provoquera leur rupture en 1906. Quoi qu’il en soit, Wilhem Fliess est considéré, à son insu de son plein grès, comme l’analyste de Freud.

Fort de cette aventure intime, Freud s’apprête à publier en janvier 1900 son grand livre, L’interprétation des rêves. C’est pourquoi, ce Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora) c’est d’abord appelé Rêves et hystérie. Freud l’écrit dans l’avant propos, il s’agit de corroborer mes assertions de 1895 et 1896 sur la pathogénie des symptômes hystériques et des processus psychiques de l’hystérie. Soit, l’hystérie (a) sa source dans l’intimité de la vie psychique sexuelle des malades, et les symptômes hystériques (sont) l’expression de leurs désirs refoulés les plus secrets. Il s’agit donc d’obtenir leurs aveux, même si Freud précise que la technique psychanalytique a subi une transformation radicale. (…) Je laisse maintenant au malade lui-même le soin de choisir le thème du travail journalier et prends par conséquent chaque fois pour point de départ la surface que son inconscient offre à son attention.

C’est pourquoi, tout à sa préoccupation pour la confirmation de sa théorie sexuelle sur l’étiologie des névroses et son déchiffrement par les rêves, Freud reconnaît, mais un peu tard (en 1923), que la partie la plus difficile du travail technique n’a pu être abordée chez cette malade, le facteur du transfert, dont il est question à la fin de l’observation, n’ayant pas été effleuré pendant ce court traitement. Ceci est à mettre à l’honneur de Freud, chercheur scientifique, qui n’hésite pas à souligner ses erreurs afin de nous en prévenir : à trop vouloir coller la théorie à la clinique, on échoue sur l’essentiel, le relationnel c’est-à-dire le transfert.

 D’autant que la théorie, et de surcroît la théorie psychanalytique, comme toute théorie scientifique, n’est pas figée, elle ne cesse d’évoluer car étroitement liée aux conditions sociétales des processus de subjectivassions du moment présent.

Ainsi Freud, en cette fin du XIXème siècle, peine à envisager l’homosexualité de Dora, là où l’analyste du XXIème siècle aurait tendance à en voir partout !

Lire la suite

Au commencement était le verbe… et le transfert

École Psychanalytique Des Hauts de France, Membre de l’A.L.I.

Séminaire 2021-2022

Au commencement était le verbe, et le transfert

Christian Colbeaux (33 (0)6 09 61 21 91) christiancolbeaux(a)yahoo.fr

76 Bd Vauban à Lille, de 21h à 22h 30

Séminaire toujours ouvert, merci de me contacter

Le transfert est au cœur même de l’aventure psychanalytique, qui ne se déploie que dans l’inter-dit du langage. C’est là la spécificité de la psychanalyse, à l’encontre des psychothérapies, toujours prescriptives. C’est le transfert à l’analyste, dans la parole propre de l’analysant, qui lui permet de d’énoncer les signifiants qui le guident à son insu.

                     

Roland Gori / Face à des pouvoirs qui vident le peuple de sa dimension politique il faut la rétablir

Publié le 22 mars 2021 sur le blog d’ Olivier Douville

Roland Gori est psychanalyste, auteur de nombreux essais traitant des rapports entre médecine et société, et critiquant certaines dérives scientistes dans les sciences médicales et humaines. Il est notamment l’un des initiateurs de l’Appel des appels, lancé afin de « résister à la destruction volontaire et systématique de tout ce qui tisse le lien social ». Il est aujourd’hui président de son association, et a publié le livre « Et si l’effondrement avait déjà eu lieu : L’étrange défaite de nos croyance » (éditions Les Liens qui Libèrent, 2020). Nous en avons profité pour lui poser quelques questions à propos du traitement politique de la crise sanitaire. (Par Galaad Wilgos -18/03/21).

Le Comptoir : Vous avez longtemps traité de la question de l’importance du rapport au patient, du dialogue et des affects mis à mal par un type de modernité asséchante et scientiste. Est-ce que ces mesures autoritaires prises pour lutter contre la covid-19 ne viennent pas justement mettre en place une biopolitique qui renforce la négation du citoyen en tant que sujet – et partant porte atteinte à la démocratie, qui est certes un ordre politique mais aussi quelque chose qui s’ancre dans les mœurs de l’individu ?

Roland Gori : Notre modernité accroit une hégémonie culturelle, celle de la rationalité instrumentale qui tend à exploiter les individus et le vivant comme un stock d’énergie à exploiter à l’infini. D’où les problèmes actuels dont on ne dit pas suffisamment quelle part est la nôtre dans l’émergence des épidémies par nos modes de vie et nos industries qui modifient notre biotope. Nous sommes prisonniers de valeurs et d’un système de pensée qui datent du début des sociétés thermo-industrielles. Ces astres morts continuent à nous éclairer et les normes qu’ils prescrivent contribuent à la catastrophe dans laquelle nous nous trouvons.

Lire la suite

Jacques Sédat : communiqué du groupe de contact

Communiqué du Groupe de Contact
2 décembre 2021

Le Groupe de contact, fondé il y a une vingtaine d’années, réunit la majorité des associations de psychanalystes existant en France, dans la reconnaissance et le respect de leur diversité. Il a pour vocation d’exprimer l’apport de la psychanalyse lorsque des politiques, des règlementations et des mesures administratives menacent son existence.

Nous alertons tout un chacun – le public, les media et les politiques – sur la multiplication et l’aggravation très préoccupantes des mesures de discrimination, voire d’exclusion, visant les professionnels qui reconnaissent les acquis de la psychanalyse ou s’en réclament dans leur pratique, qu’ils soient soignants ou enseignants, dans les hôpitaux, les centres de soin, les universités, les laboratoires de recherche.

Les héritiers de Freud affirment la nécessité de leur présence dans les champs de recherche scientifique, dans les pratiques médico-sociales et dans l’espace culturel. Des mesures administratives indues ne sauraient effacer ce qui est leur contribution théorique et pratique, depuis plus d’un siècle, aussi bien dans le débat sur les origines de la souffrance psychique, que sur les moyens individuels ou institutionnels d’y remédier, dans notre culture actuelle.

C’est pourtant ce qui est en train de se réaliser très concrètement et à grands pas dans les hôpitaux, les centres de soins, les universités et les media.

Lire la suite